VISITER LE MORBIHAN (AURAY, LORIENT, VANNES, CARNAC, QUIBERON, BELLE-ILE�)

August 2018 · 26 minute read

Mor-bihan signifie en Breton � la petite mer �, en r�f�rence � son golfe. Le Morbihan est une terre de grandes traditions celtiques, symbolis�es par les menhirs de Carnac ou le festival interceltique de Lorient. Grande terre d�histoire, ses sites touristiques sont pour la plupart regroup�s pr�s de la c�te.
Les plus grandes villes sont Lorient et Vannes (aeroports et gares TGV vers Paris).

Endroits les plus touristiques : Carnac, Belle-Ile, Ile de Groix, Quiberon, Le Golfe.


La For�t de Broceliande, partag�e entre deux d�partements bretons.

Les principaux sites megalithiques sont les alignements de Carnac, le cairn de Gavrinis, le Grand menhir bris� et la Table des Marchand de Locmariaquer, et Arzon.

Il est � noter que 99% des petits ports du Morbihan sont des endroits aux charmes incommensurables, tout comme les plages. Il est �videmment impossible de tous les �num�rer ici, mais si vous avez du temps, n�h�sitez pas a vous y aventurer�

Conseil : n�oubliez pas d�emporter des CD de musique, comme le Bagad de Lann Bihoue ou encore les pirates-rockeurs de Soldat-Louis.


D�Ouest en Est :

Larmor

Station baln�aire avec de tr�s belles plages de sable fin (Kergu�len, Locqueltas, Port Maria, Toulhars, �), cordon dunaire avec ses marais (anse de Kergu�len, parc oc�anique). Tout pour le tourisme et les loisirs nautiques.

http://www.larmor-plage.com/tourism/index.php

Lorient

Cette ville fut tout d�abord un port de commerce cr�� en 1666 afin de contribuer au developpement du commerce vers� l�Orient. Le port fut rachet� par le roi de France un si�cle plus tard pour en faire un arsenal royal. Le tr�s important port de p�che ne s�est developp� que depuis le d�but du XXe siecle.

En 1941, les Allemands d�cident d�y construire le quartier g�n�ral de leurs sous-marins. Entre 1943 et 44, les bombardements alli�s d�truisirent totalement la ville, except� la base sous-marine (!), qui existe toujours et se visite.

Entierement reconstruite, � la ville aux cinq ports � (militaire, p�che, commerce, voyageurs et plaisance) n�est donc pas la plus jolie ville de Bretagne. Du moins elle a la reputation d��tre la plus vivante, gr�ce � ses marins qui mettent l�ambiance toute l�ann�e sur le port et dans les bars.

Connue pour ses Merlus (son equipe de foot www.fclweb.fr), Lorient est avant tout c�l�bre � travers le

monde pour organiser (g�n�ralement au d�but de chaque mois d�ao�t) le plus grand festival celte du monde : le Festival Interceltique de Lorient, ou entre deux concerts de musiques du monde celte, des parades en costumes traditionnels defilent au son des bagads (groupes de sonneurs de binious�).

Petit lexique : le biniou est la cornemuse bretonne.

Deux groupes locaux sont tr�s connus : les sonneurs militaires (marins) du Bagad de Lann Bihoue ou encore les pirates-rockeurs de Soldat-Louis.

www.festival-interceltique.com

Fin novembre 2007 doit ouvrir la Cit� de la Voile Eric-Tabarly, un ensemble comprenant un mus�e et differentes exhibitions. Sur les traces du grand navigateur breton, cette structure souhaite permettre de faire d�couvrir la voile � un plus grand nombre de personnes que les initi�s. hwww.citevoile-tabarly.com/

www.lorient-tourisme.fr



Port-Louis

La citadelle de Port-Louis, �difi�e � partir de 1591 sous la conduite de Cristobal de Rojas est situ�e sur une pointe rocheuse � l�entr�e de la rade de Lorient. Maintes fois remani�e pour aboutir � l�actuel plan rectangulaire bastionn� aux angles et aux c�t�s, la citadelle abrite aujourd�hui le mus�e de la Compagnie des Indes de la ville de Lorient et le mus�e national de la marine.

http://www.lorient.com/musee/

http://www.musee-marine.fr/

http://www.ville-portlouis.fr/



Ile de Groix
(navettes au depart de Lorient)

Tr�s bel endroit. Ses 2300 habitants sont appel�s Groisillons. On leur donne aussi le surnom amusant de Greks, les groisillonnes ayant autrefois toujours une cafeti�re (grek en breton) sur le feu pour r�chauffer les p�cheurs de la famille � leur retour.

L��le est longue de 7 kilom�tres et large de 3 (au maximum), avec d�un c�t� Primiture, ses plages de sable fin et ses bosquets verdoyants et de l�autre Piwisy avec son aspect plus sauvage et ses falaises.

De nombreux touristes en �t� (et de jolies parisiennes).

� Les balades entre les maisons de p�cheurs du XIXe si�cle dans les petits hameaux sont fantastiques. On peut y voir une 30aine de lavoirs et fontaines sur le domaine public ainsi que des menhirs.

� La plage principale � les Grands Sables � offre plusieurs aspects exceptionnels : elle est l�une des rares plages convexes d�Europe, mais cela depend curieusement des moments, car elle se d�place tr�s rapidement � cause des courants (160 m�tres en deux ans), et elle est constitu�e de deux sables de couleurs diff�rentes.

� Plage des sables rouges : la plage se teinte d�une couleur rouge apr�s les forts coups de vents.

� Locmaria, premier port de Groix, fut le village le plus peupl� de l��le jusqu�� l�essor de Port Tudy dans les ann�es 1880.

� Port Saint Nicolas : site pr�serv� et authentique, il offre un panorama unique.

� Port Lay : petit port qui a vu l��tablissement de la premi�re �cole fran�aise de p�che en mer (1895).

� Conserverie et fumaison de poissons : Mez Kerport Lay � T�l. 02 97 86 81 37 -Vente directe. Ouv. toute l�ann�e.

� Maison de la r�serve naturelle � Le Bourg � T�l. 02 97 86 55 97 Ouverte tous les jours en juillet et en ao�t. En juin, septembre et petites vacances scolaires: tous les matins sauf le dimanche. Le reste de l�ann�e: le samedi de 16h00 � 18h30.

� Le Village de Quelhuit, typiquement groisillon aux ruelles calmes et sinueuses, abrite une chapelle.

� Phares de Pen Men (1839, dans la reserve naturelle)) et de la pointe des Chats.

� Eglise Saint-Tudy (xixe si�cle) au Bourg. Cette �glise est la seule �glise de France � avoir comme girouette un thon en place du coq ou de la fl�che, dont la l�gende voudrait que ces soit des korrigans qui en aurait fait don aux p�cheurs de l��le.


Quatre Chapelles :

� la Trinit� (XIXe si�cle) au Bourg,

� Saint-L�onard (XVIIIe) � Quelhuit,

� Notre-Dame de Calm�an (XVIIIe ) au M�n�,

� Notre-Dame de Place-Manec (XIXe) � Locmaria.

Camp pr�historique de Kerv�dan (dit Camp des Gaulois).

� L�Ecomus�e de l��le de Groix est un mus�e consacr� au patrimoine et � l�histoire de la vie d�une communaut� insulaire. Une bonne introduction � la d�couverte de l��le pour ceux qui viennent la visiter .

http://ecomusee.groix.free.fr/

� Grotte aux Moutons

� Le Trou de l�enfer, impressionnant par sa faille vertigineuse est objet de l�gendes.

� Trou du Tonnerre.

Cinema, march�, club de plong�e :

http://assoc.orange.fr/subagrec/

Malardig, au mois de f�vrier : le carnaval, autour d�un nouveau th�me chaque ann�e, anime les rues, les commerces et les caf�s de Groix.

Sites internet :

http://iledegroix.ca.cx/

http://www.lorient-tourisme.fr/?otgroix

http://typo3.loth.safetyhost.net/livraison/Ile_de_Groix.groix0.0.html



Riviere d�Etel :
La RiVI�RE d�Etel

La rivi�re d�Etel (�ria� signifie rivi�re marine en Breton) est l�un des plus beaux endroits du Morbihan, m�me s�il n�en est pas le plus connu, pour ses paysages sauvages ses magnifiques petits villages et sa faune riche en toutes esp�ces. A pieds, A velo, en bateau ou Kayak, vous pourrez faire des �tapes fantastiques dans des criques sublimes, voir un incroyable patrimoine : � Lechs � du XIIe si�cle, chapelle du XIVe si�cle, fontaine du XVIIIe si�cle et, bien s�r, la merveilleuse �le de Saint-Cado et sa chapelle du XIe si�cle.

La rivi�re d�Etel est un paradis pour l�hu�tre. Ne quittez pas la r�gion sans avoir go�t� leur saveur particuli�re.

Gardienne de la rivi�re, la c�l�bre Barre d�Etel forme une barri�re naturelle, comme pour pr�server cette mer int�rieure.

http://perso.orange.fr/etel/

� Belz est la commune de toutes les d�couvertes : les chemins c�tiers et sentiers de randonn�e, r�v�lent aux promeneurs de petites merveilles : vestiges m�galithiques, chapelles, fontaines, petits ports isol�s, points de vue impressionnants sur la Ria d�Etel.


� L��le Saint-Cado (accessible par route) et sa chapelle du XIe forment v�ritablement le petit bijou de la rivi�re d�Etel. A ne pas rater. Elles sont �galement le paradis des peintres et photographes.

L��le de Saint-Cado est reli�e � la terre ferme par une chauss�e. La l�gende raconte qu�elle aurait �t� cr��e par le diable apr�s n�gociation avec Saint-Cado. L�accord pr�voyait en �change l��me du premier passant, qui fut � un chat !

Dans la chapelle on peut voir le lit de Saint-Cado. La l�gende raconte qu�en se penchant dessus, on entend le bruit de la mer� et cela gu�rit les sourds !

Le Pont Lorois est le seul a traverser la Ria. Il offre de magnifiques points-de-vues.

L�association � Les amis de Saint-Cado � http://saint.cado.free.fr

Une id�e de randonn�e sur ce site : http://rando.abri.free.fr/Randonnees/56/Belz.htm


� Erdeven contient 450 hectares de dunes prot�g�es et conserv�es � l��tat sauvage jouxtant une magnifique plage de sable fin et dor� qui s��tend � perte de vue et de tr�s beaux sites m�galithiques ! Dolmens et cromlech voisinent les calvaires et chapelles d�une �poque plus �r�cente�.

Ainsi, � la sortie d�Erdeven, le site de Kerzerho est un vestige d�alignements s��tendant probablement � l�origine sur plus de 2 kilom�tres en une dizaine de files. Plus de 1.000 pierres dress�es ont �t� recens�es sur ce � Grand Arc �. Un circuit de promenade de deux heures permet de les approcher.

Une randonn�e sur le �Grand Arc� :

www.bretagne.com/fr/tourisme/balades/morbihan/erdeven

www.ot-erdeven.fr/ot-erdeven/ot.htm

La pointe du Perche est id�ale pour observer la ria, et la table d�orientation permet de rep�rer les diff�rents �lots. Un second dolmen se dresse en bord de route en rejoignant Saint-Cado.


� Etel garde jalousement l�entr�e de la Ria d�Etel et b�n�ficie gr�ce � sa position charni�re des atouts naturels de la mer et de la rivi�re qu�elle a su mettre en valeur. Elle offre une vue imprenable sur la barre d�Etel, particuli�rement spectaculaire les jours de temp�te.

La pratique des activit�s nautiques se fait en toute s�curit� gr�ce � un plan d�eau de mer de 4 ha. Toutes les passions sont offertes : planche � voile, plong�e sous-marine, voile, balades sur la rivi�re d�Etel ou sur les dunes toutes proches, p�che en mer (bars, soles) ou � pied. N�oubliez pas de visiter les restaurants et leurs sp�cialit�s de thons grill�s.

La barre d�Etel, � l�entr�e de la rivi�re est aux confluents de la mer et de la rivi�re. De sable blanc, elle se deplace en fonction des vents et des courants.

De nombreux drames maritimes s�y produisirent, par exemple en 1958, lorsque neuf personnes moururent lors du chavirage du canot du Docteur Bombard �

Etel c�est aussi l�histoire d�un port et de ses thoniers, cont�e par le Mus�e des Thoniers. Son port accueillait jusqu��

140 thoniers. De cette �poque, Etel garde un souvenir vivace en c�l�brant � la mi-ao�t sa celebre F�te du thon.

Le site du syndicat d�initiative d�Etel :

http://perso.wanadoo.fr/etel

Le site du mus�e des thoniers : www.museedesthoniers.fr

� Locoal-Mendon est la plus myst�rieuse, la plus celte et certainement le moins connu des villages de la Ria d�Etel, tout au fond de la rivi�re.

Pourtant on y cultive l�une des meilleures hu�tres de Bretagne, et les paysages sont �galement de toute beaut�.

Ses rives sauvages demeurent myst�rieuses. Et c�est peut-�tre pour �a que les chouans, royalistes bretons insurg�s contre la R�volution, s�y r�fugiaient avec leur chef Georges Cadoudal.


Presqu��le de Quiberon

Encore un endroit que les amis de la nature appr�cieront ! Cette langue rocheuse � en fait une ancienne �le -s�avance de 14 kilom�tres dans la mer. La c�te est tr�s abrit�e � l�Est, et plus sauvage et vent�e a l�Ouest. Les touristes pr�f�rent donc g�n�ralement l�Est, mais la C�te Sauvage, � l�Ouest, donc, est tr�s d�coup�e, avec grottes, cavernes, et magnifiques balades.

Les amateurs de surf, de planches-�-voile et autres chars-�-voile trouveront leur compte � Quiberon qui est une station baln�aire majeure en Bretagne, avec tous les services inh�rents.
L�Eglise de Locmaria

Elle fut construite au XV� si�cle et surmont�e d�une tour lanterne au milieu du XIX� si�cle. Elle fut saccag�e en 1746 et servit d�h�pital en 1795. En 1900, une temp�te d�molit le clocher qui, en, tombant, d�truit une bonne partie de la toiture, des bancs et des chaises. Six ans apr�s, la construction de l�actuelle �glise est achev�e.

Le Ch�teau Turpault

Situ� sur la pointe de Beg er Lann, ou � pointe de la lande �, le ch�teau Turpault marque l�entr�e de la C�te Sauvage. Cet manoir de style anglo-m�di�val fut construit en 1904 par un filateur de Cholet, Georges Turpault qui le baptisa le ch�teau de la mer. Il fut ensuite renomm� Ch�teau Turpault par les Quiberonnais. Etant toujours une propri�t� priv�e, ce ch�teau ne se visite pas.

La Pointe de Conguel

Plac�e sous la protection du Conservatoire du Littoral � l�extr�me sud-est de la presqu��le, cette pointe est un lieu privil�gi� de promenade. Une table d�orientation permet de rep�rer les �les, la Baie, les plages de Carnac et l�entr�e du Golfe du Morbihan.

Les alignements de Kerbourgnec

On peut y d�couvrir un ensemble de 25 menhirs.

Fort de Penthi�vre

La construction du Fort Penthi�vre commence en 1747 sur la demande du gouverneur pour assurer la libert� des communications vers Belle-Ile.

Ce fort a �t� occup� en 1795 par les Chouans qui, � l�aide des anglais �migr�s en France, tentaient de restaurer la royaut�. Il fut repris par les troupes r�publicaines du G�n�ral Hoche et fut alors le th��tre d�un massacre ; cet �pisode resta en m�moire sous l�appellation � l�Affaire de Quiberon �, qui marqua la fin des espoirs de restauration de la monarchie en France.

Un beau mus�e retrace l�histoire de ces r�sistants catholiques bretons � l�entr�e de la presqu��le juste en arrivant de Plouharnel, ouvert du 1er avril au 30 sept. : http://www.musee-vendee-chouannerie.com


Mus�e du patrimoine de Quiberon : http://museequiberon.port-haliguen.com/index.html

Port de plaisance : www.port-haliguen.com

Office de tourisme : www.quiberon.com/francais/index.php



Carnac
Cet incontournable village est � la fois une grande station baln�aire avec 5 tr�s belles plages, mais il est aussi, et avant tout, connu pour ses alignements megalithiques. En effet, le site du Menec regroupe plus de 3000 menhirs align�s. La terre �tant de plus en plus tass�e par les pas des touristes, et mena�ant de s�effondrer, les menhirs ont �t� cl�tur�s et sont depuis lors visibles depuis la route ou des plates-formes sp�cialement con�ues pour. Cet � emprisonnement � des menhirs a suscit� de nombreuses pol� Bons plans a lorient (justifi�es). La plupart de ces pierres auraient �t� dress�es 3300 ans av. J-C. Certaines atteignent 4 m�tres de haut. Une l�gende dit que saint Corn�ly, poursuivi par des soldats romains, se retourna et les figea en pierres.

http://www.monum.fr/visitez/decouvrir/fiche.dml?lang=fr&id=20




Un peu plus dans le village, le tumulus Saint-Michel fut �rig� entre 5000 et 3400 avant J.C. Il est long de 125 m�tres, large de 60, et en mesure 12 de haut. Il a n�cessit� 35 000 m�tres cubes de pierres et de terre pour sa constrution. Sa fonction �tait la m�me que celle des pyramides d�Egypte, tombeau pour les membres d�une �lite, il contenait divers objets fun�raires pour la plupart expos�s dor�navant au mus�e de la Pr�histoire de Carnac.

La chapelle �rig�e dessus, construite en 1663, fut d�truite en 1923 pour �tre reconstruite � l�identique en 1926.

Tr�s beau mus�e de la Pr�histoire :

La richesse des collections du Mus�e permet de pr�senter aujourd�hui plus de 6600 objets, choisis parmi les plus beaux conserv�s ici. La p�riode N�olithique est particuli�rement d�velopp�e : elle correspond � la p�riode de construction des m�galithes, v�ritables architectures de pierre r�alis�es par les hommes pour enterrer leurs morts (dolmen, tumulus�) ou plus symboliques (alignements�).

10, place de la Chapelle � Carnac.

http://www.museedecarnac.com/


Dolmen de Kercado : Situ� en propri�t� priv�e mais ouvert au public, cet �difice est l�un des rares dolmens en Bretagne qui soit rest� sous son cairn d�origine. Situ� au sud des alignements de Kermario, son diam�tre est de 30m et sa hauteur de 5m, il est surmont� d�un petit menhir.

Le tumulus du Moustoir : fait 85m de long, 35m de large et 5m de haut, abrite un dolmen � son extr�mit� Ouest et 2 s�pultures � l�est. Un petit menhir se dresse a l�extr�mit� est.

Eglise Saint-Corn�ly, (XVIIe et XVIIIe si�cles). Elle est d�di�e � ce saint, protecteur des b�tes � cornes ; sa statue se trouve au dessus du fronton du portail ouest. B�tie au 17�me si�cle, elle est connue comme l�un des plus beaux monuments Renaissance du Morbihan. L�orgue du 18�me si�cle Boire un verre a Lorient . Les vo�tes lambriss�es sont d�cor�es sur 750 M2. Voir aussi la chaire et la grille du ch�ur en fer forg�, le Ma�tre-Autel et les autels lat�raux ainsi que les retables.

A voir �galement � Carnac : La tr�s jolie anse du Po, la Chapelle Saint-Colomban, xvie si�cle et son (ancien) village en granit.

La-Trinit�-sur-Mer

Il s�agit d�un ancien port de p�che transform� en un important port de plaisance.

On peut y pratiquer toutes les activit�s nautiques imaginables. Et y croiser de fameux skippers.

Restaurants et sp�cialit�s de fruits de mer tout le long du port. Tous services.

La Trinit�-sur-Mer est �galement c�l�bre pour �tre la ville de l�homme politique Francais Jean-Marie Le Pen dont le p�re, marin-p�cheur � la Trinit�, est mort en heurtant une mine allemande avec son bateau.

www.ot-trinite-sur-mer.fr/



Les �les


Belle-ile-en-Mer

La plus grande des �les bretonnes est c�l�bre et c�l�br�e, entre autres, par la chanson de Laurent Voulzy qui porte son nom. Elle m�rite deux jours d�arr�t au moins. Belle-�le mesure 17 km de long sur 9 de large pour une altitude moyenne de 40 m�tres.

Elle se compose de :



� Bangor, bourg situ� � l�int�rieur des terres.

� Locmaria, bourg situ� � la pointe est de l�ile.

� Le Palais, port principal. Accessible en ferry depuis Quiberon.

� Sauzon, second port. Accessible par les liaisons maritimes en saison.

A VOIR :

La citadelle Vauban � Le Palais, est l�une des grandes r�alisations de l�architecte de Louis XIV, Vauban. D�but�e en 1550, Vauban lui donnera en 1685 son aspect actuel en forme d��toile, caract�ristique de ses nombreuses citadelles et fortifications tout autour des fronti�res fran�aises.

Site Internet


� Les aiguilles de Port-Coton, peintes par Claude Monet, qui ressemblent au Sphinx, au buste de Louis XIV, au Mont Saint Michel (photoo)�

� La grotte de l�Apothicairerie traverse de part en part une pointe rocheuse. Elle est ainsi surnomm�e � cause des nombreux nids d�oiseaux le long de ses parois, faisant penser � des pots de produits pharmaceutiques, comme ceux qui ornaient les �choppes des � apothicaires � autrefois. Ces nids ont disparu aujourd�hui, les oiseaux nichant l� ayant �t� d�cim�s par une chasse � touristique � dont ils faisaient l�objet � la fin du XVIIIe si�cle : on y amenait les touristes en barque depuis Sauzon, arriv�s dans la grotte ceux-ci s�amusaient � tirer des coups de fusils et � voir voler, affol�s, les oiseaux qui y trouvaient refuge.

� Le port de Sauzon, avec ses fa�ades de maisons aux teintes pastel�

Belle-Ile-en-Mer compte trois phares, toujours en activit�.

� Le phare des Poulains balise les �lots de la pointe nord-ouest de l��le, particuli�rement dangereux pour la navigation.

� Le phare de Kerdonis, petit b�timent surmont� d�une tourelle aux vitres rouges, signale la pointe sud-est de Belle-Ile.
� Le Grand Phare de Kervilahouen, ou phare de Goulphar, dont le feu culmine � 87 m�tres au-dessus du niveau de la mer, illumine la c�te oc�anique au sud. Entr� en service en 1836, sa tour mesure 52 m. Son ascension est possible apr�s avoir gravi 213 marches en granit puis un escalier en fer jusqu�� la lanterne. De l�-haut, on d�couvre par temps clair de tr�s beaux points de vue panoramiques sur toute l��le.
Visite du Grand Phare : tous les jours en �t�, sur demande hors saison.

� Le Fort de Sarah Bernhardt : un fortin sur la pointe des Poulain, lieu de vill�giature favori de l�actrice, ou elle aimait beaucoup venir peindre.

Tour de l��le en bus, nombreux artisans d�art, campings, h�tels, restaurants, tous commerces et services.

Office de tourisme : http://www.belle-ile.com/biv1frdev/

Iles du Golfe du Morbihan

Un endroit saisissant pour tous les amateurs de nautisme, pour les randonneurs, les amateurs de vieilles pierre, et pour tous les amoureux de la Bretagne !

L�Ile aux Moines

La plus grande �le du Golfe (7km de long sur 5 de large ; point culminant : 450m). Elle est tout simplement merveilleuse avec ses petits hameaux granitiques aux maisons fleuries, et ses chemins creux serpentant de l�un � l�autre, ou en direction de jolies criques.

Plusieurs m�galithes a la pointe sud :

� Le cromlech de Kergonan, au milieu de l��le d�un rayon de plus de 70 m�tres est l�un des plus grand d�europe,

� Entre autres dolmens, celui de Penhap, � 5 kilom�tres du bourg, est tr�s bien conserv�.

� On trouve des calvaires aux pointes du Trec�h, de Brouel et du Nioul ainsi qu�en arrivant au hameau de Kerno.

Professionnels lorient � la sortie du bourg en direction du nord pr�sente plusieurs ex-votos � sainte Anne.

Les hommes �tant presques tous marins, l��le aux Moines �tait donc une soci�t� matrimoniale o� les jeunes femmes avaient le privil�ge de choisir elles-m�mes leurs �poux.

On peut venir en 10mn y passer une journ�e gr�ce aux navettes r�guli�res depuis Port-Blanc (toutes les 30 minutes en �t�) : www.izenah-croisieres.com/

Ile de Houat

L��le fait 5 km de long sur 1,5 km au plus large. C�est un plateau granitique se terminant en une grande plage dunaire � l�est.

Trois forts y ont �t� �rig�s au XIXe si�cle pour se d�fendre des Anglais. Ils n�ont �videmment jamais servi : le fort principal est au sud-ouest du village.

Le port Saint-Gildas, est situ� sur la c�te nord � c�t� du village.

Les chouans et arm�es royalistes venant d�Angleterre y ont longtemps �lu domicile. D�ailleurs l�Angleterre a longtemps consid�r� Houat comme lui appartenant !

Commerces et camping.

Navettes depuis Vannes, Port-Navalo et surtout Quiberon.

www.ile-de-houat.com

Ile de Houedic

Cette belle �le sauvage fait 800m de large sur 2,5 km de long, elle compte 300 habitants l�hiver, et plus de 3000 l��t�.

A VISITER :

L��glise de Saint-Goustan. Elle abrite des ex-voto marins, fid�les reproductions de go�lettes et de thoniers, t�moignages de reconnaissance des p�cheurs de l��le rescap�s de temp�tes ou de naufrages .

Le Menhir de la Vierge. Haut de 4 m, est le menhir le plus important de l��le. Il a �t� christianis� par l�ajout d�une croix de fer, r�guli�rement foudroy�e, qui a disparu aujourd�hui.

Le Fort Louis-Philippe fut d�cid� en 1846 et construit en 1859 dans l��ventualit� d�une attaque anglaise. Aujourd�hui propri�t� du Conservatoire de l�espace littoral, il abrite des expositions sur les richesses naturelles de l��le. T�l. 02 97 52 48 82. Email : fort.hoedic@wanadoo.fr

Et :

� Le phare de 1850.

� Le vieux Port.

� Le fort des Anglais.

� La pointe du vieux ch�teau.

Le 20 novembre 1759, lors de la guerre de Sept ans, les rochers des Cardinaux, au sud-est de Hoedic, donn�rent leur nom � la bataille navale des Cardinaux que l�escadre anglaise de l�amiral Hawke remporta sur une escadre fran�aise venant de Brest, et qui fut une s�v�re d�faite pour la France.

Comment y aller : D�parts r�guliers depuis Quiberon l��t� (un peu plus d�une heure de travers�e) : R�servation obligatoire au n� indigo : 0 820 056 000
Site : www.smn-navigation.fr

Mairie � 56170 ILE D�HOEDIC � T�l. 02 97 52 48 88 � Fax : 02 97 52 33 27


Auray

Histoire

� La ville fut le th��tre de la derni�re bataille pour la succession au tr�ne de Bretagne en 1364, opposant les chevaliers les plus c�l�bres de l��poque (peinture ci-dessous).

� En 1632, le cardinal de Richelieu regarda partir depuis le port, les d�couvreurs fran�ais qui allaient d�couvrir Port-Royal en Acadie.

� Benjamin Franklin d�barqua au port de Saint-Goustan au d�but de la guerre d�ind�pendance des Etats-Unis pour demander l�aide militaire de la France � Louis XVI.

� Mais le personnage le plus c�l�bre de la ville est sans aucun doute Georges Cadoudal (peinture � droite), devenu en 1799 chef des chouans, les royalistes bretons en guerre contre la Republique naissante. Cadoudal a �t� ex�cut� en 1804 pour avoir organis� un complot contre Napoleon Ier. Un mausol�e contenant ses ossements a �t� construit � Auray (Kerleano).


On peut y visiter :

� le Vieux port de Saint-Goustan, autrefois grand port de peche et se promener au milieu des nombreuses maisons � colombage.

� L��glise Saint-Gildas (class�e) est de 1636. Son portail m�ridional est remarquable.

� L��glise Saint-Sauveur (XIXe si�cle, portail du XVe si�cle), qui abrite une maquette de cuirass� d�arsenal (fabriqu�e par l�Arsenal pour pr�parer les constructions des navires de guerre) datant de 1865.

� La chapelle Notre-Dame de Lourdes (1862-1878).

� La coll�giale du Saint-Esprit : Simple oratoire en 1269, elle a acquis sa silhouette d�finitive au 14�me si�cle.
En pleine d�cadence, la coll�giale est devenue bien national au 18�me si�cle, et a �t� transform�e en caserne en 1832. Depuis 1982, la b�tisse aux dimensions imposantes fait

l�objet d�un vaste programme de restauration.

www.auray-tourisme.com

Tous commerces � Gare TGV (3h20 depuis Paris)

A�roport de Lorient

Campings : www.auray-tourisme.com/Campings.htm

Sainte-Anne-d�Auray
Principal lieu de p�lerinage de Bretagne, Sainte Anne d�Auray est au coeur de la foi des bretons. Ce sanctuaire accueille chaque ann�e des centaines de milliers de p�lerins, dont le plus c�l�bre fut le Pape Jean Paul II en septembre 1996. Sainte Anne, m�re de Marie et patronne des bretons depuis 1914, est c�l�br�e lors de la f�te du Grand Pardon, le 26 juillet.

En 1625, pr�s de la fontaine, sainte Anne apparut en vision � Yves Nicolazic, un paysan de 33 ans, lui demandant de construire une basilique � cet endroit. Le 7 mars, il d�terra devant plusieurs personnes une statue de Sainte-Anne � ce m�me endroit. Le clerg� autorisa alors la construction d�une grande chapelle. Nicolazic mourut � Sainte-Anne-d�Auray le 13 mai 1645.

A Visiter :

� Basilique Sainte-Anne : En 1865, la chapelle est d�truite et remplac�e par l��glise actuelle d�clar�e Basilique par le Pape Pie IX en 1874.

� Le clo�tre, situ� � l�Est de la Basilique fut construit en 1645

� La Scala Sancta : Son nom signifie � escalier saint �. Elle fut construite en 1662 par les p�res Carmes. Situ�e actuellement dans le champ de l��pine, la Scala Sancta se trouvait jusqu�en 1870 devant le porche de la Basilique et d�limitait ainsi le lieu r�serv� � la pri�re. Apr�s son d�placement, elle fut pendant longtemps le lieu des grandes c�l�brations en plein air, et le point de d�part des processions vers la Basilique.

De tout temps, des p�lerins en gravissent les marches � genoux, en signe de p�nitence, r�citant le Rosaire ou m�ditant sur les myst�res de la Passion de Notre Seigneur. Aujourd�hui encore, ce lieu nous am�ne � la p�nitence et � la conversion de nos coeurs.





A L�INTERIEUR :

� Le Tr�sor : Rec�le de nombreux ex-votos et divers objets remis au sanctuaire, en remerciement d�une gr�ce accord�e par Sainte Anne.

� Le Mus�e du Costume Breton : Pr�sente de nombreux costumes port�s jadis dans les campagnes bretonnes ainsi que de belles banni�res de procession utilis�es lors de pardons, c�r�monies bretonnes,� Pour tout renseignement : 02 97 57 58 50.


Situ� 6 rue de Vannes, en face du sanctuaire, ce mus�e, par diff�rentes sc�nes explique les origines du p�lerinage, la vie de Nicolazic, les apparitions de Ste Anne et ses miracles.
La derni�re sc�ne r�alis�e par le mus�e Gr�vin pr�sente le Pape entour� de 5 enfants Bretons. Elle fait r�f�rence � la visite de Jean-Paul II � Ste Anne d�Auray le 20 septembre 1996.
Visite guid�e de 30 � 45 mn.
Tarifs individuels : 4 �/adulte, 1,50 �/enfant de 6 � 14 ans.
Prix r�duits pour groupes (+ de 10)
Ouvert tous les jours du 1er mars au 15 octobre : 8h00-19h00. Et le reste de l�ann�e � la demande.
T�l : 02 97 57 64 05
www.musee-de-cire.com




� La Maison de Nicolazic
A 300 m du sanctuaire, rue de Vannes, la maison de Nicolazic.
Maison incendi�e en 1903 et reconstruite � l�identique (sauf toit de chaume) en 1967. On peut y d�couvrir du mobilier breton.
Entr�e libre.
Ouverte tous les jours de 8h00 � 18h00.

� Voir aussi le monument au Comte de Chambord.

� Et le champ des Martyrs, ou un mausol�e conserve les restes et la memoire de la tuerie de 952 chouans a cet endroit par les troupes republicaines.

Site du sanctuaire : www.sainteanne-sanctuaire.com/

Site de la ville : www.sainte-anne-auray.com/tourisme/index.htm


Vannes

Elle fut la ville de Nomino�, comte de Vannes et grand roi de Bretagne au IX� Si�cle ; du Colonel R�my (1904-1984), r�sistant fran�ais lors de la Seconde Guerre mondiale. Et aussi du cin�aste Alain Resnais.

Il est conseill� de se garer sur les parkings adjacents de cette belle ville aux nombreuses maisons m�di�vales et de continuer � pieds, ou encore avec le petit train touristique.

A voir dans le centre :

� Le centre historique de la ville, et le quartier m�di�val Saint-Patern

� La cath�drale Saint-Pierre (visites offertes en �t� avec des guides de la SPREV). La tour nord est le seul vestige de la premi�re construction du XIIe. Voir les 10 chapelles lat�rales sont du XVe, et la nef du XVIe, tout comme la chapelle circulaire au Nord, qui abrite les reliques du tr�s populaire moine dominicain espagnol saint Vincent Ferri�, mort � Vannes en 1419.

� Les fortifications : on peut d�marrer une promenade en partant de la porte Prison, � l�est, en allant jusqu�� la porte Saint-Vincent (1704), au sud, en passant par une succession de vieilles tours du XIVe et XVe, dont celle, tr�s belle, du Conn�table.

� Le Ch�teau de l�Hermine construit par le duc Jean IV de Bretagne au 14e si�cle.

� Le port de plaisance donne acc�s au Golfe du Morbihan

� Le mus�e des Beaux arts de la Cohue. Peintures et estampes, Place Saint Pierre
Tel. : 02 97 01 63 00 � Fax : 02 97 01 63 01

musees@mairie-vannes.fr

� Mus�e d�histoire Ch�teau Gaillard � La demeure fut b�tie au XVe si�cle par Jean de Malestroit, chancelier du duc de Bretagne, rue No�. T�l : 02 97 01 63 00 � Fax : 02 97 01 63 01 musees@mairie-vannes.fr

� Visites guid�es du vieux Vannes : 02 97 01 64 00 www.mairie-vannes.fr/animationdupatrimoine/

� Le Parc du Golfe, � 5mn du centre, vous propose, outre ses h�tels, un aquarium, un mus�e d�histoire du Golfe, un jardin des papillons, un bowling, et des d�parts de croisi�res panoramiques dans le golfe.

Papillons et aquarium : www.incontournables56.com/

� Croisi�res / www.navix.fr ou www.compagniedesiles.com

Dans les environs :

� La plage de Penboc�h, pr�s d�Arradon

( www.arradon.com/ )

� La plage de S�n�

Agenda touristique :

www.tourisme-vannes.com/Manifestations/Fevrier/



Gare TGV sur la ligne Paris-Quimper

http://www.tourisme-vannes.com


La presqu��le de RhuyS

(pr�s de Vannes)

Avec tout au bout le pittoresque Port-Navalo et son phare sentinelle qui indique aux navigateurs l�entr�e du Golfe du Morbihan. Attention aux marins du dimanche ne pas se laisser griser par la beaut� des lieux, les courants sont parmi les plus forts d�Europe. ( www.crouesty.fr/ )

Sur la presqu��le de Ruiz, vous verrez �galement le ch�teau de Suscinio (www.suscinio.info), une formidable forteresse datant des XIIIe au XVe si�cle dominant la mer ou le monument m�galithique d�Arzon (lire ci-dessous).

Les site m�galithiques du Golfe du Morbihan :


Arzon : Toujours sur la presqu�ile de Ruiz, Arzon est un tr�s beau monument complexe b�ti entre 5000 et 2500 avant notre �re. Une visite d�une heure vous permettra d�admirer les crosses, haches, serpents, d�esses et autres gravures exceptionnelles des parois des 2 dolmens conserv�s.

http://www.crouesty.fr/



Gavrinis : Depuis la cale de Penn Lannic � Larmor-Baden, on peut passer sur la petite �le de Gavrinis dans le Golfe du Morbihan. Le dolmen de Gavrinis dat� des alentours de 3500 ans avant J.C., poss�de des dalles orn�es exceptionnelles qui en font un monument unique. R�servation conseill�e en toutes p�riodes.

Un des principaux monuments m�galithiques de Bretagne.

T�l/Fax : 02.97.57.19.38

Locmariaquer :

Le site m�galithique de Locmariaquer pr�sente �galement un ensemble exceptionnel de trois monuments : le Grand Menhir bris�, le dolmen de la Table des Marchand et le Tumulus d�Er Grah, dat�s de 4500 � 3500 ans avant J.C.

Ouvert : toute l�ann�e, sauf 101, 105, 2512.

Route de Kerlogonan � 56740 Locmariaquer � T�l : 02.97.57.37.59 � Fax : 02.97.57.41.62

Internet : http://www.culture.gouv.fr/culture/arcnat/megalithes/

Dans les terres :


LE FAOUET

Chapelle Saint Fiacre � 15e si�cle

L�harmonie de ses proportions , l��l�gance du clocher flanqu� de deux tourelles qui s��l�vent au dessus du mur pignon occidental, la richesse de la fa�ade m�ridionale et la beaut� du porche sud situent cette chapelle parmi les meilleurs t�moins du gothique flamboyant en Bretagne. Son �rection est li�e � l�importance de la seigneurie du Faou�t au 15e si�cle et aux faveurs que lui octroy�rent le Duc Fran�ois II et la duchesse Anne de Bretagne. Le porche sud est ouvert par une grande baie � intrados orn�e de festons trilob�s.

Son jub� est le plus ancien et le plus illustre des jub�s de bois de Bretagne.

Les personnages figur�s sur les �coin�ons et sur les tableaux correspondent � des sc�nes de la vie quotidienne qui sont des all�gories des vices.

Landes de Lanvaux

Un ensemble de communes rurales offrant aux randonneurs de tr�s belles promenades.

www.landes-de-lanvaux.com

Rochefort en terre

Tr�s belles promenades �galement dans ce village de charme.

Josselin

Non loin de la for�t de Broc�liande, la ville de Josselin poss�de un tr�s joli petit centre m�di�val, et une promenade sur berges, le tout entourant le tr�s beau ch�teau des Ducs de Rohan (toujours propri�t� du dernier duc), qui se visite (photo). Un mus�e de la poup�e, propri�t� des ducs, et la basilique Notre-Dame du Roncier, compl�teront votre visite.

Ch�teau : T�l : 02.97.22.36.45 � Fax : 02.97.75.68.16

Email : chateau.josselin@wanadoo.fr

www.paysdejosselin-tourisme.com